DÉPISTAGE

En Europe, un avis d’experts publié en 2015 recommandait que le dépistage soit réalisé dans le cadre de programmes de recherche ou de soins courants organisés dans des centres accrédités uniquement.
Plus récemment, l’Institut Français de Chirurgie Thoracique s’est clairement positionné sur l’enjeu considérable que représentait le dépistage du cancer du poumon et la pertinence de ce dépistage suite aux résultats de l’étude NELSON.

 

Cette étude effectuée sur 15 792 personnes, réparties en deux groupes, un groupe « scanner » à l’inclusion et un groupe "contrôle" avec des examens programmés à la demande. Au total, 261 cancers du poumon ont été détectés avant la quatrième série de suivi. L’utilisation du dépistage par scanner thoracique chez les hommes sans symptôme à risque élevé de cancer du poumon a entraîné une réduction de 26 % des décès par cancer du poumon après 10 ans de suivi.

Dans le sous-groupe de femmes, qui était plus petit, la réduction était encore plus importante, le risque de décès par cancer du poumon étant réduit de 39% à 61% après plusieurs années de suivi, ce qui indique une réduction encore plus importante et significative de la mortalité par cancer du poumon que chez les hommes.

Ces résultats viennent confirmer ceux de l’étude américaine National Lung Screening Trial (NLST), qui a démontré en 2011 que le dépistage par scanner thoracique peu irradiant réalisé chez plus de 53 000 individus à risque diminue de 20% la mortalité par cancer du poumon. En outre, cette étude a montré pour la 1ère fois dans le dépistage des cancers, une réduction significative de 7% de la mortalité générale (toutes causes confondues). 

 

Ce projet a été validé par le Comité de Protection des Personnes du Sud-Ouest et Outre-Mer IV le 17/04/2020

ACAPULCO ©2019 par CRCDC-CORSE